Actualités

La consultation avec Pierre…

Pierre est un patient, âgé de 45 ans, que je connais depuis longtemps, à ce jour les consultations sont bien espacées. Il a retrouvé confiance en lui, il a réussi à travailler certaines perturbations qui venaient troubler la régulation naturelle de son corps.
Lorsque j’ai reçu Pierre en consultation pour la première fois, j’étais la énième diététicienne qu’il rencontrait pour essayer de trouver enfin la solution pour perdre du poids. Toute sa vie, ou plutôt depuis la fin de l’adolescence, Pierre a expérimenté de nombreux régimes alimentaires entrainant pertes et reprises de poids à répétition !

Je l’ai informé sur les besoins du corps, la régulation naturelle du corps (J’ai faim « je mange », « je n’ai plus de plaisir « je m’arrête ) et les perturbations que l’on peut connaitre au fil de la vie, pouvant alors troubler la régulation naturelle et ainsi être responsable d’une variation de poids (exemple: les perturbations émotionnelles , traumatiques ou encore la carence en sommeil mais aussi les perturbations éducatives…).

Au fil des mois, nous avons travaillé sur les envies de manger émotionnelles : l’accueil des émotions et la réponse à celles-ci. Pierre a aussi travaillé avec un thérapeute, pour lever des traumatismes trop présents afin de soulager son corps et son esprit et ainsi favoriser la régulation de son poids.
Ensemble, nous avons travaillé sur la reconnexion à soi par la recherche des sensations alimentaires : la faim, le rassasiement… cela se faisant plus facilement en levant quelques éléments perturbateurs, notamment les perturbateurs traumatiques mais aussi éducatives (« Tu ne manges pas assez, mange davantage » ou encore  » Il ne faut pas laisser dans l’assiette ») etc…


Pierre avait conscience qu’il ne bougeait pas assez et que la carence en mouvement est aussi une perturbation de la régulation du corps. Mais comment faire, quand on est chef d’entreprise, comme Pierre, et père de famille avec peu de temps pour soi? Pierre a compris qu’il est inutile de se fixer des intentions non faisables qui alimenteraient son sentiment d’échec, mais plutôt de réfléchir à comment bouger davantage en fonction de ses possibilités et surtout, que ses intentions soient faisables. L’important étant la progression !

Et enfin, Pierre a travaillé, aussi longuement, sur ses pensées qui lui disaient trop souvent « Mange ceci ou Mange cela »… une réponse automatique à la demande (l’impulsivité).

Evidemment à tout cela, nous avons réfléchi au « prendre soin de soi à travers la nourriture » : quels sont les meilleurs choix alimentaires pour lui? qu’est ce qui lui semble bon pour son corps et son esprit? Aujourd’hui, Pierre prend plaisir à manger davantage des produits de saison et, l’organisation de la gestion des repas est différente.

Aujourd’hui, Pierre n’a plus besoin de moi (ou moins). Son poids ? Pierre a compris que l’on ne choisit pas son poids mais, on peut agir sur ce qui vient perturber la régulation du poids et ainsi, être davantage en paix avec son corps !

Avoir un corps de Brigitte Giraud

 » ça commence avec une parole de ma mère, désignant le sandwich que je viens de me confectionner avec une épaisse couche de beurre, elle espère que je ne vais pas « manger tout ça ». Comme je la toise du haut de mes 13 ans, elle ajoute que je vais prendre des formes (…). Je comprends aussitôt mais, je mange à ma faim : pain, beurre, saucisson comme tous les jours à l’heure du goûter. Je comprends et puis je doute, et, pour la première fois, je regarde mon corps comme un objet sur lequel je peux agir. Cette phrase de ma mère, sa mise en garde brutale me signifie que je peux décider, je peux maitriser cette matière là. C’est le jour où mon corps existe, il m’appartient. C’est le commencement du tourment puisque désormais je vais y penser (…). Cette idée est un poison, le début de l’inquiétude ».

Mettre son corps en mouvement…

Sofiane Chalal est danseur, chorégraphe, comédien et souffre d’obésité. Jamais, il n’aurait pensé que son corps « hors norme » lui permette de créer, de danser. Il lève les idées reçues telles que « les gros sont des fainéants » ou encore « les gros ne peuvent pas bouger ou pratiquer une activité physique »…
Aujourd’hui ce corps atypique qu’il a souvent mal aimé, ce corps qui a subi des moqueries, est devenue sa force.

Je vous invite à l’écouter et à le regarder https://www.youtube.com/watch?v=Q9ctRA74gvY

Stéphanie Pihéry : « Les régimes à répétition, la voie toute tracée vers l’obésité »

J’ai affiché en salle d’attente le témoignage de Stéphanie Pihéry. Vous trouverez l’intégralité de son témoignage ainsi que son documentaire sonore « Mon corps opératoire » en cliquant sur le lien ci dessous.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/finistere/quimper/portrait-j-ai-mis-du-temps-a-dire-je-suis-obese-anatomie-d-un-combat-contre-la-grossophobie-2723882.html

Qu’est ce que le poids d’équilibre?

Très souvent en consultation, j’aborde le poids d’équilibre, en précisant aux patients que nous ne choisissons pas notre poids. Nous avons tous un poids d’équilibre. Mais qu’est ce que c’est ?

  • Ce poids est variable d’une personne à une autre et c’est pourquoi il existe, entre les individus, une diversité de corpulence comme il existe une diversité pour la couleur des cheveux, pour la taille etc.
  • Ce poids dépend de notre génétique : selon les études, il dépend de 70% de notre génétique.
  • Ce poids peut varier naturellement de plus ou moins 1 à 2 kgs au cours de la vie mais, il peut aussi varier plus franchement par une multiplication des cellules adipeuses (notamment par la multiplication des régimes entrainant des rebonds du poids, les effets « yoyo » !).
  • Ce poids, c’est celui que nous avons sans contrôle alimentaire et sans efforts sportifs à outrance !
  • Ce poids d’équilibre ne correspond pas toujours aux normes imposées par un IMC inférieur à 25 et, ce poids peut ne pas nous plaire !

La métaphore de la plante verte.

Comment faites vous pour réussir à avoir une belle plante ? Certainement que vous l’arrosez suffisamment mais pas trop, que vous l’exposez au soleil mais pas trop, vous lui mettez de l’engrais en quantité suffisante mais pas trop… vous prenez soin d’elle.

Revenons sur l’arrosage : il est conseillé de l’arroser « quand elle est en a besoin ». Si la plante manque d’eau, la plante pourrait se fâner, se dessécher et mourir. A l’inverse, un excès d’eau chasse l’oxygène présent dans la terre où poussent les racines, cela entrainera alors la mort de la plante. Dans les deux cas, dans le manque ou l’excès, il y aura des conséquences négatives sur l’épanouissement de la plante.

Un arrosage judicieux, une attention portée à la plante permettra son épanouissement !

En résumé, apprendre à comprendre ses propres besoins ( faim/rassasiement…) pour s’épanouir !

Je me réconcilie avec mon corps

Pour qu’une relation soit satisfaisante, il faut qu’elle soit équilibrée, sinon cela ne dure pas.

Dans les relations malheureuses, le fait de donner et le fait de recevoir ne sont pas équilibrés et, les échanges négatifs pèsent plus que les quelques échanges positifs.

En pensant à votre corps comme à un ami, vous parviendrez à une seule conclusion : vous avez maltraité votre ami.

Réaliser des échanges positifs est essentiel pour améliorer la relation avec votre corps. Cela implique le fait de faire des choses spéciales pour créer des pensées et des sentiments positifs à propos de votre image corporelle. Avec un effort conscient, vous pouvez contrecarrer vos expériences négatives passées et prendre un nouveau départ.

Je vous invite à écrire une « lettre à votre corps  » comme s’il s’agissait d’un ami avec lequel vous souhaitez remettre la relation sur de bons rails.

Je vous invite à visualiser et à écouter une vidéo via le lien ci dessous. « Personne n’a le monopole du complexe… »

#9 MON CORPS – CE HÉROS – YouTubehttps://www.youtube.com/watch?v=NCiD7EBrhlA

Les gens sont beaux : « Foutons la paix aux gens avec leur poids »

« Une personne a grossi ? Ne vous inquiétez pas, elle le sait, toute la société le lui montre et le lui dit, avec les publicités à la TV, dans le métro, dans les magazines, elle n’a pas besoin de vous pour être tenue au courant de ce qu’elle NE PEUT PAS ignorer.
Une personne a maigri ? beaucoup maigri? Pas la peine de se réjouir non plus ou de la féliciter, on ne sait pas ce que cet amaigrissement peut cacher : un problème de couple, un divorce, un décès, une grande souffrance, un grand malheur…

Foutons la paix aux gens avec leur poids »

En 4 mn sur France inter, je vous laisse le lien Les gens sont beaux : « Foutons la paix aux gens avec leur poids » (radiofrance.fr)